Réunion du Comité Technique de Parakou du Consortium Nonsina

Les membres du Comité Technique de Parakou du Consortium Nonsina s’engagent pour une organisation réussie du Festival du pagne tissé (Festako) 2019.

Les membres du Consortium Nonsina résidant à Parakou se sont retrouvés ce vendredi 1er février 2019 pour échanger sur les dispositions à prendre pour une organisation réussie du Festako 2019. Sept (7) personnes ont pris part à cette réunion dont :

  • 3 membres de l’Association de développement de la commune Bembéréké Non Gan Nèra
  • 4 membres du CSID-Bénin

En effet, le Consortium Nonsina est un regroupement de quatre structures :

  • L’Association de développement NON GAN NERA de la Commune de Bembéréké
  • La Mairie de Bembéréké
  • La radio Communautaire FM NONSINA de Bembéréké
  • Le Centre Solidarité et Initiatives pour le Développement (CSID-Bénin)

L’idée du Consortium est née suite à la recherche de financement auprès des partenaires techniques et financiers qui soutiendront le Festako. Le protocole d’accord du Consortium a été signé en décembre 2018 par toutes les parties.

Le processus de mise en place des différents organes du Consortium est actuellement en cours. Le Consortium Nonsina a déjà organisé la Journée Internationale de la Montagne (JIM) le 12 décembre 2018.

La 3ème édition du Festako sera organisée cette année par le Consortium Nonsina. Les membres des structures constituant le Consortium se retrouvant beaucoup dans les communes de Bembéréké, Parakou et Cotonou, il a été décidé que des comités soient mis en place au niveau de ces trois communes. Ces comités s’occuperont de faire :

  • Des plaidoyers en direction des personnalités
  • Des démarches administratives auprès des Partenaires Techniques et Financiers et des services administratifs.

A l’issue des échanges, les résultats suivants ont été obtenus :

  • Des discussions sur la durée du Festako 2019 ont été engagées ;
  • Des discussions sur la mise à disposition des stands pour les restauratrices et vendeuses de boissons traditionnelles ;
  • Des inquiétudes sur l’hygiène et la sécurité alimentaire ont été partagées ;

Au nombre des observations partagées, nous pouvons retenir :

  • La question de la légitimité du Consortium ;
  • La question de l’implication des groupes linguistiques baatonu, boo et peulh dans les activités du Festako ;
  • La question du caractère non tournant du Festako ;
  • La question des coûts de stands à fixer aux festivaliers selon la localité de provenance ;
  • La question de la participation des festivaliers venant des pays voisins.

Pour finir les participants à la séance ont suggéré la création d’un groupe whattsap constitué des membres des comités de Bembéréké, Parakou et Cotonou afin de partager les informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *